Page 3 of 3

Re: (pcc et mp3) Dibon Afö percussions

PostMessage posted...: Sat 2 Jan 2010 13:47
by pierre
Dununfolette wrote:ils ont le mêm "défaut" que les percussionnistes que nous sommes : le volume baisse ou augmente avec le rythme.
En Djembe, il est bien de conserver le même volume quel que soit la variation de rythme, surtout lors des chauffes, sinon c'est un coup à devenir sourd !!! :wink:


Quand on joue en Afrique dans les petites fêtes traditionnelles, où plusiseurs femmes chantent et dansent à tour de rôle leur morceau, il y a deux choses redoutables pour les accompagnateurs :

- l'accélération, suivie d'une baisse considérable du niveau sonore tout en gardant la même vitesse.

- l'accélération, suivie d'un ralentissement tout en gardant un bon niveau sonore, ou en le baissant.

Des deux possibilités, c'est la première qui est de loin la plus usitée et la plus redoutable. Un tel régime, pendant une ou deux heures, te met complètement à plat. Dans ces situations, où il n'y a pas de microphone et de sono, il est normal, après une chauffe, de baisser considérablement le volume, afin d'entendre la chanson prochaine.

Cordialement.

Pierre.

Re: (pcc et mp3) Dibon Afö percussions

PostMessage posted...: Mon 4 Jan 2010 18:13
by Tempo
Pierre wrote:Ah bon ? Sans doute dans les musiques que tu cites, mais dans la musique traditionnelle africaine, sûrement pas. Dans ces musiques, le maître mot est, dans la plupart des cas, accélération du tempo. Je viens de jouer deux semaines à Bouaké et je n'ai pas arrêté d'accélérer, en suivant le soliste. Ce qui est certain, c'est qu'à partir d'une certaine vitesse, on ne perçoit plus le rythme distinctement. On est plutôt dans un "couloir" sonore", qu'il faut suivre à tout prix. Si on décroche en route, il est très difficile de reprendre en écoutant une ligne de dunun, qui devient indistincte à grande vitesse.

Bonne année 2010 à toutes et tous.


C'est cauchemardesque :mrgreen:
Oui, j'ai vécu ça de l'intérieur
j'ai même vu des percussionnistes qui répugnaient à "poser" les rythmiques.
Ils accéléraient systématiquement le tempo précisément là, où enfin ça commençait à tourner.
Allez comprendre pourquoi!

Merci pour ce témoignage
Bonne année

Re: (pcc et mp3) Dibon Afö percussions

PostMessage posted...: Mon 4 Jan 2010 22:25
by pierre
Tempo wrote:C'est cauchemardesque :mrgreen:
Oui, j'ai vécu ça de l'intérieur
j'ai même vu des percussionnistes qui répugnaient à "poser" les rythmiques.
Ils accéléraient systématiquement le tempo précisément là, où enfin ça commençait à tourner.
Allez comprendre pourquoi!


J'ai ramené de Bouaké quelques vidéos de jeux dans les fêtes traditionnelles. Je vais faire un petit montage provisoire et le déposer ici. Ces vidéos seront plus parlantes qu'une discussion.

Cordialement.

Pierre.

Merci pour ce témoignage
Bonne année

Re: (pcc et mp3) Dibon Afö percussions

PostMessage posted...: Tue 5 Jan 2010 19:21
by gilol
Ce n'est pas cauchemardesque, c'est comme ça :D

Ca commence à tourner ça trouve ces repères et la le soliste ce dit "c'est bon" il lance la chauffe pour voir jusque ou on peut aller.

Rien ne me choque la dedans. C'est comme ça que j'ai appris à jouer et c'est comme ça que mon "prof" joue.

Je crois qu'il va falloir faire un sujet dédier aux chauffes et autres variations de tempo car la on s'égare.

Bonne soirée

Re: Dibon par Afö percussions (pcc et mp3)

PostMessage posted...: Sun 27 Nov 2016 16:53
by Beebop1024
Bonjour tout le monde,
Je déterre une nouvelle fois un sujet qui s'était engagé dans la rigidité de PercussionStudio et son impossibilité d'accélérer ou ralentir le tempo en cours de morceau.

Alors n'ayant pas lu toutes mes recherches, tans pis je me lance pour vous dire, ou confirmer :
que PS peut accélérer ou ralentir la vitesse des sections d'un morceau (on est en 2016 version 3.05d, depuis 2009 du chemin a été parcouru, j'imagine, mais bon n'ayons pas peur du ridicule). Cependant pour ne pas aggraver mon cas, je n'irai pas dans les détails. Si besoin, je répondrai à la question : "Mais comment ????) :D
Voili Voilà, bien à vous.